// BOREALIS

 

 

La référence aux tondi est une invitation à l’ailleurs évidente. Les origines de l’image photographique le sont beaucoup moins et dissimulent un jeu avec l’illusion, induit par son étymologie du latin illudere, à savoir jouer, tromper, abuser. Les aurores prennent à défaut le fonctionnement des sens. Face à cette série la seule certitude est d’être face à une image, ou plutôt à des images. Chaque photographie se joue en effet de la tension perceptive ressentie face aux aurores boréales.Elle dévoile le bruissement du silence expérimenté face à ces ciels nocturnes constellées d’étoiles.